Spectacles

  1. Encore une heure si courte (en co-réalisation avec Le Mail SC de Soissons)

Théâtre du Mouvement
Metteure en scène : Claire Heggen
Arts du mime et du geste, théâtre musical et théâtre d’objets
Durée : 1h20

De trois caisses émergent trois jeunes hommes, lointains cousins de Beckett, Tati et Buster Keaton. Ils s’expriment dans un langage étrange, imaginaire, musical et poétique. Tels des aventuriers ils se lancent dans un voyage improbable, une chasse au trésor à la destination incertaine. A l’aide d’un plan indéchiffrable, ces trois personnages explorent un environnement qui leur est inconnu voire hostile. De planches en caisses, de caisses en cubes, de cubes en feuilles de papier, l’espace dramatique se transforme et se colore de sens divers.


  1. Daisy Tambour (en ouverture du festival)


Rideau de Bruxelles/Tomassenko
Ecriture et composition : Olivier Thomas
Spectacle musical
Durée : 1h

Daisy Tambour. Ça sonne comme un désir. Et comme un battement de cœur.
Daisy Tambour, c’est un trio de comédiens parlant une langue musicale. Mais c’est aussi un trio de musiciens jouant avec le son des mots. Et le sens dans tout ça ?
Comme nous, ils se questionnent sur tout...mais comment dire ? Ah oui, comment le dire ? Et puis aussi comment vivre ? Voyage intérieur ou tour du monde ? A fond ou économe ? Rester en mouvement ou se coller aux murs ?



  1. Poupette in Bruxelles (en clôture du festival)

Adaptation : Marc Maillard et Marie-Odile Dupuis
Metteurs en scène : Marie-Odile Dupuis et Marc Maillard
Théâtre des 4 Mains
Spectacle de marionnettes, musical et vidéo
Durée : 1h05

Poupette in Bruxelles est une adaptation à la mode belge du livre hollandais « Deesje » de Joke Van Leeuwen. C’est le récit rocambolesque et poétique d’une petite fille de la province perdue en ville toute seule, pour la première fois de sa vie.
Ensemble, compagnies flamande et wallonne, nous avons décidé de replacer cette histoire à Bruxelles/Brussel, Bruxelles d’aujourd’hui, francophone et flamande, européenne, multiculturelle. Un grand jeu de piste donc dans Bruxelles et ses ruelles, ses immeubles et ses vieilles maisons, ses rencontres saugrenues, à la façon d’un thriller plein de suspens !


  1. La Gadoue (spectacle tout jeune public)

Théâtre Caracol
Metteur en scène : Philippe Chanuel
Théâtre gestuel et sensoriel (tout jeune public)
Durée : 30 mn

Au tout début, le bruit de la terre résonne, étonne. Un cadeau est laissé sur scène. On traverse le temps et nous voici chez la femme en jaune qui patine gaiement dans son intérieur tout blanc. Elle découvre le cadeau : de la terre...
 Alors elle y met la main.
 Elle creuse, trifouille, farfouille dans la terre. 
Elle y met tout son cœur 
et la terre donne.
 D'abord de l'eau et
 c'est la gadoue, puis l'amusement gagne, des vies apparaissent, elle n'est plus seule, parfois ça fait peur, parfois ça fait plaisir. Elle découvre, elle se découvre, en creusant la terre, en se salissant, en fouillant, malaxant, tripotant, trifouillant, tripatouillant, tout au fond,
 bien au fond
, c'est nous, non ?!
 Et après ! Que diable ! Un brin de toilette et tout va bien.




  1. Valises et versa (spectacle jeune public cycle 3)


Cie des Lucioles
Auteure : Nathalie Papin
Metteur en scène : Jérôme Wacquiez
Théâtre jeune public
Durée : 1h

Ce spectacle interactif jeune public propose à ses spectateurs de partir à la recherche de la pièce égarée de Nathalie Papin, « Qui rira verra ».
Pour cela, les enfants devront écouter les histoires de deux inspecteurs un peu particuliers et trouver les indices qui se cachent dans leurs récits.
Chaque histoire est liée à une valise qui, en s’ouvrant, offre de nombreuses surprises : un placard à confitures de grand-mère, un jardin où poussent les couronnes des rois, un cimetière mexicain… Autant d’endroits à explorer pour retrouver le chemin de la pièce perdue. Ce spectacle est une petite forme destinée à être jouée dans les écoles primaires, les collèges et les médiathèques, devant une ou deux classes, mais aussi en extérieur, à l’occasion de festival de rues notamment. 


    6. La vedette du quartier

Auteur : Riton Liebman
Metteur en scène : Jean-Michel Van Der Eeyden
Production : Théâtre de Poche / L’Ancre
Théâtre
Durée : 1h10

Dans ce premier épisode d’une trilogie auto-fictionnelle, Riton nous parle de ses premiers pas, à treize ans, dans le monde sans pitié du cinéma. Un épisode de sa vie qui lui laisse des traces et qu'il traite avec une autodérision aussi singulière que bruxelloise.
1977, Riton a 13 ans. Au désespoir de sa mère, il est choisi pour tourner dans « Préparez vos mouchoirs » de Bertrand Blier avec Patrick Dewaere et Gérard Depardieu. La scène où il finit dans le lit de Carole Laure fera de lui la vedette du quartier. Fort de cette nouvelle notoriété, il quitte alors l’école à 16 ans et tente sa chance pour devenir acteur à Paris. Entre sorties et castings, c’est le Paris des années 80 qu’il découvre aux côtés des stars de l’époque. Mais le rêve initial a du mal à atteindre la réalité.

    7. Le Fils

Auteure : Marine Bachelot Nguyen
Metteur en scène : David Gauchard
Cie L’unijambiste
Théâtre
Durée : 1h20

Elle est pharmacienne, mère de deux fils, catholique, issue d'une petite bourgeoisie provinciale. Au début des années 2010, elle et sa famille vont glisser. Peu à peu, par l'intermédiaire de son mari, elle rencontre et fréquente des catholiques traditionalistes, dont le discours radical semble l'attirer. Par souci d'intégration et d'élévation sociale, elle en vient à se rendre plus assidûment à la messe, à manifester contre des spectacles blasphématoires, à s'engager dans des groupes anti-avortement ou anti-mariage homo. Elle s'épanouira dans ce militantisme, s'y métamorphosera en tant que femme, tentera d'embrigader ses proches et ses enfants dans ce qu'elle considère comme l'aventure la plus excitante de sa vie. Sur scène, elle se raconte et se confie. 


     8. Welcome to Bienvenue

Chorégraphie et conception : Xavier Lot
Cie ULAL DTO
Danse
Durée : 45 mn

Welcome to Bienvenue est une biographie de notre histoire commune dont le corps visé, tamponné, identifié est la réalité de mon invitation à Bienvenue.
Ces traces indélébiles restent sourdes mais il gronde malgré nous une pulsation que l’on ne peut arrêter et qui ne cesse de se réveiller. Avec Bienvenue, notre sensation est proche de l’état du long voyage traversant tout aussi bien la poussière du village sahélien de ses ancêtres, que les postes frontières des aérogares de pays industrialisés.
Un voyage où nous devons perpétuellement tout réinscrire parce que tout s’efface.


     9. Go !

Auteurs : Pupilla Giorgio et Polina Borisova
ODRADEK/Cie Pupella-Noguès
Marionnettes
Durée : 40 mn


On voyage tous, on se déplace dans l’espace, pour prendre une tasse de café ou pour visiter notre tante à Reipertswiller, mais aussi dans le temps, d’une minute à une autre, du matin au soir, de janvier à décembre. Sans oublier cette grande route, cette énorme journée qui est notre vie.
Inspiré par la simplicité avec laquelle les gens extraordinaires, que ce soit un grand artiste ou une mamie d'à côté, savent nous quitter, et basé sur de nombreuses notes de voyages, que j'ai griffonnées au cours des années, ce spectacle raconte la solitude de celui qui voyage dans les souvenirs.


     10. Moi je crois pas !


 
Auteur : Jean-Claude Grumberg
Metteurs en scène : Cécile Soudé et Jean Boulanger
Coproduction Cie Joli Temps pour la saison et Cie Après la pluie
Théâtre
Durée : 1h10

Moi je crois pas ! est une comédie portée par des dialogues drôles, vifs, percutants qui nous entraîne dans les territoires connus de la chamaillerie d’un couple vieillissant : lui proche de la retraite et elle à la maison.
Ils s’affrontent, discutent, pinaillent sans fin. La pièce est une longue dispute sans cesse recommencée, interrompue, quand on finit par manquer de souffle, par « qu’est-ce qu’on bouffe ce soir » ou « y’a quoi à la télé ».
La plupart des scènes commencent par un « moi je crois pas » lancé par Monsieur auquel répond un « Moi je crois » renvoyé par Madame.
Il n’est pas question de chercher à se comprendre... D’emblée, on est 
en désaccord avec l’autre... et on le restera quel que soit le sujet abordé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire